« Comprendre et agir dans la complexité »

séminaire

La prochaine séance du séminaire se déroulera le mercredi 17 novembre 2021 à 20h30 en présence et en visioconférence

Le séminaire sera accueilli par le Cedetim (Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale) et se déroulera dans les locaux du Centre international de culture populaire (CICP) qui héberge de nombreuses associations engagées dans la solidarité internationale, la défense des droits humains, économiques, sociaux et culturels.

Le séminaire se déroulera en présence au : CICP : 21 ter rue Voltaire – 75011 Paris (métros Rue des Boulets, Avron, Nation, grande salle.

Il est également possible de suivre le séminaire en visioconférence. Lien zoom :

https://us02web.zoom.us/j/81565967287?pwd=VGRrc1MrMTZBT2haeXN0SHc1UU9HUT09

ID de réunion : 815 6596 7287
Code secret : 027224

Axes de travail 2021/2022

Les modes d’engagement possibles dans la complexité

L’année précédente, nous avons approfondi l’étude de la complexité avec l’hypothèse centrale que celle-ci est le nom d’un changement objectif et matériel du monde et non une simple méthode d’analyse.

Nous avons ainsi développé notre point de vue qui repose sur une phénoménologie radicale pour laquelle si connaître est agir, nous ne pouvons plus penser et agir dans le schéma cartésien de la séparation sujet-objet.

Définir un nouvel axe de lecture

Dès lors, si l’humain ne fait pas l’histoire, la question est désormais de savoir ce que l’humain peut faire dans l’histoire et dans les situations qu’il habite et qui le constituent. Durant au moins quatre siècles, l’hypothèse téléologique et historiciste nous a offert une grille de lecture et d’action pour toute situation. La rupture du mythe du progrès laisse désormais notre postmodernité déboussolée face à une perte de sens qui tombe soit dans un pur subjectivisme sans sujet, soit dans l’illusion du retour possible de l’humain comme sujet de l’histoire.

Au-delà des tentations narcissiques ou des divers dogmatismes rassurants, nous travaillerons autour de la possibilité d’un nouvel axe de lecture des situations qui, tout en évitant le piège de la dispersion, ne vise pas à rétablir une totalité totalisante.

L’organicité comme principe d’action

Nous faisons le pari que cet axe existe sous la forme d’un principe organique pour lequel le tout est englobé dans chaque situation. Adopter un tel principe comme grille de lecture et d’action ne vise donc pas à constituer une nouvelle convergence des luttes. Au contraire. Dans un monde complexe, nous avons désormais appris que la conflictualité et la négativité restent irréductibles.

Nous essaierons ainsi de comprendre sous quelles conditions il est possible de construire les multiples « machines de guerre » capables d’affronter la destruction néolibérale sans céder à la nostalgie du Grand soir qui casserait l’histoire en deux, ni croire que la multiplication des petites actions morales pourrait changer le monde. 

Ce séminaire accompagnera des expériences pratiques menées par le Collectif Malgré Tout en Amérique du Sud comme en France.

Ce séminaire réside dans le désir de construire un lieu de théorisation et de production de pratiques. On invite ainsi les participants à une « écoute active ". Autrement dit, il leur est proposé d’articuler le cours du séminaire avec leurs réalités et difficultés concrètes, que ce soit dans leur travail ou dans leurs liens sociaux.

Nous demandons, avant et pendant chaque séance, que celles et ceux intéressés par cette invitation nous fassent parvenir leurs éventuelles questions, demandes et propositions afin de nous permettre de développer un processus de travail collectif.